Sante:AVC 1ere cause de mortalité chez la femme Sante:AVC 1ere cause de mortalité chez la femme
Dans son dernier bulletin épidémiologique hebdomadaire en date, l’agence Santé publique France confirme la première place de l’AVC dans le classement des causes de... Sante:AVC 1ere cause de mortalité chez la femme

Dans son dernier bulletin épidémiologique hebdomadaire en date, l’agence Santé publique France confirme la première place de l’AVC dans le classement des causes de mortalité les plus rencontrées chez les femmes. Il devance ainsi le cancer du poumon.

On estime que chaque année, l’AVC (accident vasculaire cérébral) est à l’origine de plus de 30.000 décès en France. Et le dernier bulletin épidémiologique hebdomadaire en date de l’agence Santé publique France de révéler que ces attaques sont certes en recul, mais qu’elles semblent aussi avoir leurs cibles prioritaires.

Comme le rapportent nos confrères d’Actu Santé .net, on apprend ainsi qu’entre 2008 et 2013, soit en cinq ans, les morts provoquées par un AVC ont diminué d’un peu plus de 13% dans quasiment toutes les catégories d’âge. Seules les personnes de plus de 85 ans et les femmes dont l’âge était compris entre 45 et 64 ans n’ont pas enregistré de recul.

Mortalité chez la femme : l’AVC devant le cancer du poumon

Au classement des causes de mortalité les plus rencontrées chez les femmes, l’AVC conserve sa première place devant le cancer du poumon. 18.000 décès sont imputés ici à un accident vasculaire cérébral. Chez les hommes, c’est l’inverse, le cancer du poumon apparaissant ainsi comme plus à risque mortel que l’AVC, responsable de 13.000 morts dans cette catégorie de personnes.

Pour les signataires des travaux, cet écart s’expliquerait, du moins pour les femmes de 45 à 64 ans, par une progression du tabagisme.

Une hausse des hospitalisations en cinq ans

Une autre étude des mêmes auteurs nous apprend qu’entre 2009 et 2014, les hospitalisations annuelles dues à un AVC ont notablement augmenté, passant ainsi de 97.000 à 110.000. On aura au passage relevé que selon les régions, les niveaux d’hospitalisation et de mortalité ne sont sensiblement pas tous les mêmes.

La France d’outre-mer, avec notamment La Réunion et la Guyane, enregistre les taux les plus élevés, et les Hauts-de-France et la Bretagne de ne pas situer trop loin derrière. À la lumière des résultats présents, les chercheurs de cette étude appellent à des campagnes de prévention plus présentes auprès de la population française.

24matins.fr

No comments so far.

Be first to leave comment below.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × un =