le Royaume-Uni  lance ce  mercredi le processus  de sortie de l’Union européenne le Royaume-Uni  lance ce  mercredi le processus  de sortie de l’Union européenne
L’annonce de cette rupture inédite dans l’histoire du projet européen, rude coup au moment même où il fêtait son 60e anniversaire ce week-end à... le Royaume-Uni  lance ce  mercredi le processus  de sortie de l’Union européenne

L’annonce de cette rupture inédite dans l’histoire du projet européen, rude coup au moment même où il fêtait son 60e anniversaire ce week-end à Rome, sera faite par la Première ministre Theresa May devant les députés du parlement de Westminster à 12H30 (11H30 GMT).

« Quand je vais m’asseoir à la table des négociations pendant ces prochains mois, je vais représenter toutes les personnes du Royaume-Uni – les jeunes et les vieux, les riches et les pauvres, (…) et oui les citoyens européens qui ont fait de ce pays leur maison », doit-elle dire devant le parlement alors que le pays reste très divisé entre partenaires et opposants au Brexit, voté par 52% de la population le 23 juin 2016.

« Nous voulons tous vivre dans une Grande-Bretagne vraiment mondiale qui sort et construit des relations avec ses vieux amis et ses nouveaux alliés à travers le monde », doit-elle ajouté, toujours selon des extraits rendus publics mardi soir par ses services.

La lettre de divorce, signée mardi soir par Mme May, sera transmise au même moment au président du Conseil européen Donald Tusk par l’ambassadeur britannique à Bruxelles Tim Barrow.

Downing Street a rendu public à 21H00 GMT la photo immortalisant le moment où Theresa May a signé la lettre officielle qui va bouleverser le destin du Royaume-Uni. Elle est assise à une table et il y a derrière elle une cheminée au-dessus de laquelle se trouve un tableau représentant Robert Walpole, Premier ministre de 1721 à 1742.

De source diplomatique européenne, c’est lorsque M. Tusk aura physiquement la lettre en main que l’article 50 du Traité de Lisbonne sera considéré comme activé, faisant du Royaume-Uni le premier pays de l’UE à faire usage de cette « clause de retrait ».

Son contenu est resté secret, Londres se montrant soucieux de préserver jusqu’à la dernière minute ses arguments de négociations alors que les discussions avec l’UE à 27 qui doivent durer deux ans.

Un calendrier qui apparaît bien ambitieux aux yeux des analystes pour défaire des liens tissés pendant quatre décennies et au regard de la complexité des dossiers qui seront abordés que ce soit commerciaux, judiciaires ou humains.

 

24matins.fr

No comments so far.

Be first to leave comment below.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quinze − 4 =