Côte d’Ivoire: Des tirs dans la ville d’Adiaké Côte d’Ivoire: Des tirs dans la ville d’Adiaké
Des militaires ivoiriens des forces spéciales, basés dans deux localités proches des frontières sud et nord du pays sont descendus mardi 7 février dans les... Côte d’Ivoire: Des tirs dans la ville d’Adiaké

Des militaires ivoiriens des forces spéciales, basés dans deux localités proches des frontières sud et nord du pays sont descendus mardi 7 février dans les rues en tirant en l’air, pour des motifs pour l’heure inconnus, selon des habitants. Les revendications de ces soldats n’étaient pas connues dans l’immédiat, mais la Côte d’Ivoire a été le théâtre en janvier d’une série de mouvements de mutinerie au sein des forces de sécurité.

Mardi, des membres des forces spéciales ont occupé, en tirant en l’air, les rues d’Adiaké, siège d’une base militaire à 90 km à l’est d’Abidjan et à une trentaine de kilomètres à vol d’oiseau de la frontière avec le Ghana.

Des éléments des forces spéciales, prépositionnés pour lutter contre la menace djihadiste, ont également manifesté en tirant en air à Tengréla, à environ 700 km au nord d’Abidjan et à une demi-douzaine de la frontière avec le Mali.

A Adiaké, « ça tire en l’air un peu partout. J’ai dû fermer mon commerce », a témoigné Mariame Coulibaly, une habitante jointe au téléphone depuis Abidjan. Une source au ministère ivoirien de la défense a fait état de « l’arrivée urgente » sur place du chef des forces spéciales.

« La ville est paralysée »

« La ville est paralysée, les écoles ont fermé renvoyant les élèves à la maison », a affirmé un autre habitant, faisant état de « soldats dans les rues ». Selon des habitants, les tirs se poursuivaient à Adiaké dans l’après-midi mais avaient cessé à Tengréla.

Adiaké abrite une base maritime qui forme des « commandos marins » et assure en même temps la surveillance côtière dans cette région qui partage une frontière maritime avec le Ghana. « Le commandant des forces spéciales [le général Lassina Doumbia] se rend actuellement sur place. Nous en saurons plus dans les heures qui viennent », a annoncé à l’AFP une source proche du ministère ivoirien de la défense.

A Tengréla, « les forces spéciales ont tiré ce matin en l’air devant le lycée. Mes enfants sont revenus à la maison par peur. On ignore ce qui se passe pour l’instant », a raconté à l’AFP Bamba, un habitant qui n’a donné que son prénom.

Lire aussi :   En Côte d’Ivoire, la grogne des militaires s’étend à d’autres corps de sécurité

« Les tirs ont commencé vers 11 heures [locales et GMT], le lycée s’est vidé », a expliqué un enseignant. Mais « tout est rentré dans l’ordre, les tirs ont cessé et à l’heure actuelle les cours ont repris », a-t-il ajouté en début d’après-midi, demandant aux élèves et enseignants de regagner les écoles.

Les forces spéciales ivoiriennes sont une unité d’élite de l’armée qui est intervenue en première ligne le 13 mars 2016, lors de l’attaque djihadiste de Grand Bassam, une station balnéaire à l’est d’Abidjan (19 morts).

Début janvier, la Côte d’Ivoire a été secouée par une mutinerie d’anciens rebelles intégrés dans l’armée, qui avaient paralysé plusieurs villes pour réclamer le paiement de primes.

Lire aussi :   Côte d’Ivoire : un accord trouvé entre le gouvernement et les mutins

En satisfaisant à leurs revendications, via le versement de primes à 8 500 de ces membres de l’ex-rébellion ivoirienne ayant contrôlé le nord du pays entre 2002 et 2011, les autorités avaient provoqué la colère de militaires et gendarmes non concernés par cet accord financier, qui s’étaient à leur tour mutinés. Des affrontements avaient fait quatre morts à Yamoussoukro (centre). Les autorités avaient ramené le calme en promettant « d’améliorer les conditions de vie » de toutes les forces de sécurité.

La Côte d’Ivoire a lancé en 2016 une ambitieuse loi de programmation militaire jusqu’en 2020, qui prévoit la modernisation et des achats d’équipements pour 1,2 milliard d’euros et une refonte des effectifs.

lemonde.fr

No comments so far.

Be first to leave comment below.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 × trois =